9 types de dépression à connaître (2/2)

depression typesPersonne n’est à l’abri de périodes difficiles marquées par une fragilité émotionnelle, des sentiments mitigés de tristesse, de désolation et de pessimisme. Mais si la plupart d’entre nous parviennent à surmonter ces moments difficiles et à rebondir de plus belle, certaines personnes restent prisonnières de cette condition. On parle dès lors de dépression lorsque l’état de tristesse profonde et souvent inexpliquée dure au-delà de deux semaines. Une dépression peut être particulièrement dévastatrice si elle n’est pas prise en charge rapidement. Explications.

La dépression périnatale

La dépression périnatale, qui est cliniquement connue sous le nom de trouble dépressif majeur avec apparition du péripartum, survient pendant la grossesse ou dans les quatre semaines suivant l’accouchement. On l’appelle souvent dépression post-partum. Mais ce terme ne s’applique qu’à la dépression après l’accouchement. La dépression périnatale peut survenir pendant la grossesse.

Les changements hormonaux qui surviennent pendant la grossesse et l’accouchement peuvent déclencher des changements dans le cerveau qui entraînent des sautes d’humeur. Le manque de sommeil et l’inconfort physique qui accompagnent souvent la grossesse et la naissance du nouveau-né ne servent en rien.

Les symptômes de la dépression périnatale peuvent être aussi graves que ceux de la dépression majeure et incluent :

  • Tristesse ;
  • Inquiétude ;
  • Accès de colère ;
  • Épuisement ;
  • Inquiétude extrême pour la santé et la sécurité du bébé ;
  • Difficulté de prendre soin de soi-même ou du nouveau-né ;
  • Pensées d’automutilation ou de blessures au bébé.

Les femmes qui manquent de soutien ou qui ont déjà souffert de dépression sont plus exposées au risque de dépression périnatale.

Le trouble dysphorique prémenstruel

Le trouble dysphorique prémenstruel (TDPM) est une forme grave du syndrome prémenstruel (SPM). Alors que les symptômes du syndrome prémenstruel peuvent être à la fois physiques et psychologiques, les symptômes du trouble dysphorique prémenstruel ont tendance à être surtout psychologiques.

Les symptômes psychologiques sont plus graves que ceux associés au syndrome prémenstruel. Par exemple, certaines femmes peuvent se sentir plus émotives dans les jours qui précèdent leurs règles. Mais une personne atteinte de trouble dysphorique prémenstruel peut souffrir d’un niveau de dépression et de tristesse qui entrave ses fonctions quotidiennes.

D’autres symptômes possibles du trouble dysphorique prémenstruel incluent :

  • Crampes, ballonnements et sensibilité des seins ;
  • Maux de tête ;
  • Douleurs articulaires et musculaires ;
  • Tristesse et désespoir ;
  • Irritabilité et colère ;
  • Sautes d’humeur extrêmes ;
  • Fringales ou frénésies alimentaires ;
  • Crises de panique ou d’anxiété ;
  • Manque d’énergie ;
  • Difficulté de concentration ;
  • Troubles du sommeil.

Tout comme la dépression périnatale, on croit que le trouble dysphorique prémenstruel est lié aux changements hormonaux. Ses symptômes commencent souvent juste après l’ovulation et commencent à s’atténuer une fois que vous avez vos règles.

Certaines femmes considèrent le trouble dysphorique prémenstruel comme un mauvais cas de syndrome prémenstruel, mais le trouble dysphorique prémenstruel peut devenir très grave et inclure des pensées suicidaires.

La dépression saisonnière

La dépression saisonnière, aussi nommée trouble affectif saisonnier et cliniquement connue sous le nom de trouble dépressif majeur à tendance saisonnière, est une dépression qui est liée à certaines saisons. Chez la plupart des personnes, cela a tendance à se produire pendant les mois d’hiver.

Les symptômes apparaissent souvent à l’automne, à mesure que les jours se raccourcissent et se prolongent pendant l’hiver. Ils incluent :

  • Isolement social ;
  • Nécessité accrue de dormir ;
  • Prise de poids ;
  • Sentiments quotidiens de tristesse, de désespoir ou d’indignité.

La dépression saisonnière peut s’aggraver à mesure que la saison progresse et peut mener à des pensées suicidaires. Une fois que le printemps arrive, les symptômes ont tendance à diminuer. Cela pourrait être lié à des changements dans vos rythmes corporels suite à l’augmentation de la lumière naturelle.

La dépression situationnelle

La dépression situationnelle, cliniquement connue sous le nom de trouble d’adaptation avec humeur dépressive, ressemble à une dépression majeure sous de nombreux aspects.

Mais elle est provoquée par des événements ou des situations spécifiques, tels que :

  • Le décès d’un être cher ;
  • Une maladie grave ou tout autre événement mettant la vie en danger ;
  • Un divorce ou des problèmes de garde d’enfants ;
  • Le fait d’être dans une relation violente émotionnellement et/ou physiquement ;
  • Etre au chômage ou éprouver de sérieuses difficultés financières ;
  • Faire face à de graves problèmes judiciaires.

Bien sûr, il est normal de se sentir triste et anxieux pendant ces événements – même de se replier sur soi pendant un moment. Mais la dépression situationnelle survient lorsque ces sentiments commencent à être disproportionnés par rapport à l’événement déclencheur et perturbent votre vie quotidienne.

Les symptômes de dépression situationnelle ont tendance à apparaître dans les trois mois suivant l’événement initial et peuvent inclure :

  • Tristesse et désespoir ;
  • Anxiété ;
  • Troubles d’appétit ;
  • Troubles du sommeil ;
  • Maux et douleurs ;
  • Manque d’énergie et fatigue ;
  • Incapacité de concentration ;
  • Isolement social.

La dépression atypique

La dépression atypique se réfère à une dépression qui disparaît temporairement suite à des événements positifs. Le médecin pourrait l’appeler trouble dépressif majeur avec des caractéristiques atypiques.

Malgré son nom, la dépression atypique n’est pas inhabituelle ou rare. Et cela ne veut pas dire que c’est plus ou moins grave que d’autres types de dépression.

Avoir une dépression atypique peut être particulièrement pénible parce que vous ne pouvez pas toujours «paraître» déprimé aux autres (ou à vous-même). Mais elle peut aussi survenir lors d’un épisode de dépression majeure. Elle peut également survenir en cas de dépression persistante.

D’autres symptômes de dépression atypique peuvent inclure :

  • Augmentation de l’appétit et prise de poids ;
  • Troubles alimentaires ;
  • Image corporelle négative ;
  • Sommeil anormalement long ;
  • Insomnie ;
  • Lourdeur dans les bras ou les jambes qui durent une heure ou plus par jour ;
  • Sentiments de rejet et de susceptibilité aux critiques ;
  • Maux et douleurs.

Vous reconnaissez vous dans l’un de ces troubles ?

Si vous pensez souffrir d’une dépression quelconque, il est important de consulter un médecin. Tous les types de dépression peuvent être traités, mais il faudra peut-être du temps pour trouver le traitement qui vous conviendra.

Si vous avez souffert d’un épisode dépressif antérieur et que vous pensez que cela peut se reproduire, consultez immédiatement votre psychiatre ou un autre professionnel de la santé mentale.

Si vous n’avez jamais souffert de dépression auparavant, commencez par consulter votre médecin de soins primaires. Certains symptômes de dépression peuvent être liés à un état physique sous-jacent qui doit être traité. Essayez de décrire à votre médecin tous vos symptômes.

Mentionnez, si possible :

  • quand vous les avez remarqués pour la première fois ;
  • comment ont-ils affecté votre vie quotidienne ;
  • tout autre problème de santé mentale dont vous souffrez ;
  • toute information concernant des antécédents de maladie mentale dans votre famille ;
  • les médicaments sur ordonnance et en vente libre que vous prenez, y compris les compléments alimentaires et les herbes médicinales.

Cela peut vous mettre mal à l’aise, mais essayez de tout dire à votre médecin. Cela l’aidera à vous donner un diagnostic plus précis et à vous diriger vers le bon professionnel de santé mentale.

Lorsqu’elle est envisagée en complément d’un traitement psychologique classique, l’hypnothérapie pour favoriser considérablement la guérison et prévenir l’aggravation des symptômes. Si vous souhaitez prendre rendez-vous chez un hypnothérapeute, vous pouvez nous appeler à tout moment ou remplir le formulaire de contact. Nous vous recontacterons dans les plus brefs délais !