Dépression et anxiété postnatales : quèsaco ?

anxiété postnataleTout le monde est d’accord sur le fait qu’il n’est pas du tout facile d’être une maman. Mais ce qui est encore plus difficile, c’est d’être une mère dépressive et anxieuse ! Cette situation équivaut au fait d’essayer de courir tout en étant attaché à un arbre. Mais qu’est-ce que la dépression et l’anxiété postnatales et comment peut-on les traiter ? L’hypnothérapie figure en tête de liste des options envisageables.

Qu’est-ce que la dépression et l’anxiété postnatales ?

Une femme sur six souffrira de dépression et d’anxiété postnatale, et une femme sur dix sera sujette à la dépression et d’anxiété prénatale, c’est-à-dire pendant les 9 mois de grossesse. Il peut être surprenant d’apprendre qu’un père sur dix souffrira également de dépression postnatale. La dépression et l’anxiété postnatales peuvent toucher jusqu’à 50 % des femmes pendant leur deuxième accouchement. Chez les femmes, le risque de dépression est de 40 % plus élevé que chez les hommes.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la dépression est actuellement la principale cause de morbidité et d’incapacité au niveau mondial. Elle touche plus de 300 millions de personnes à travers le monde et l’augmentation rapide et constante du nombre des personnes atteintes est pour le moins inquiétante.

Les symptômes de la dépression et de l’anxiété postnatales comprennent la fatigue, les troubles du sommeil, les problèmes d’appétit, la baisse de libido, les sautes d’humeur, la critique et la dévalorisation de soi, la perte de plaisir, la colère, la crainte de l’avenir, les pensées obsessives, les crises de panique, le sentiment de culpabilité et de désespoir. Cela peut se transformer en pensées chaotiques qui comprennent des envies d’automutilation et de suicide. Ces symptômes peuvent apparaître entre un mois et un an après l’accouchement, d’où l’importance de rester vigilant au cours de cette période.

Il est important de savoir que la dépression postnatale diffère du «baby blues», qui ne dure généralement pas plus de 2 semaines après l’accouchement. Les sentiments dépressifs peuvent être temporaires, mais la dépression dure beaucoup plus longtemps, allant de quelques mois à plusieurs années.

Facteurs déclencheurs et répercussions

Le manque de sommeil, la fatigue et les changements physiques sont stressants pour les femmes enceintes. Environ un tiers des femmes demandent de l’aide auprès d’un professionnel. La dépression et l’anxiété postnatales ne touchent pas seulement la maman. Elle peut nuire aux liens affectifs avec le nourrisson, retarder son développement et provoquer des ruptures et des problèmes au sein de la famille.

Les enfants qui ont des parents en proie à la dépression et à l’anxiété sont 60% plus susceptibles de souffrir de dépression et d’anxiété à un stade ultérieur de leur vie. Le facteur de risque peut se transmettre de génération en génération si rien n’est fait. Il est donc très important d’y remédier le plus rapidement possible.

Les causes de la dépression postnatale et de l’anxiété sont complexes. Il s’agit généralement d’un mélange de problèmes physiques, émotionnels et comportementaux. Contrairement à ce que certains pensent, il n’existe pas de gène responsable de la dépression et de l’anxiété. En revanche, ce que la plupart des personnes ignorent, c’est que les facteurs de risque de dépression postnatale et d’anxiété sont généralement présents des années avant la grossesse. Ces facteurs de risque, lorsqu’ils sont combinés au stress et aux changements biologiques liés à l’accouchement, entraînent une dépression et une anxiété postnatales.

Quels sont les facteurs de risque psychologiques ?

  • Perfectionnisme ;
  • Surcharge de responsabilités ;
  • Pessimisme dans les perspectives ;
  • Tendance à dramatiser les événements vécus ;
  • Exigences en matière d’accouchement et de maternité ;
  • Utilisation fréquente des médias sociaux (Facebook et Instagram en particulier) ;
  • Phobie sociale ;
  • Évitement des conflits et des problèmes ;
  • Manque de capacité de compartimentation ;
  • Besoin excessif d’approbation ;
  • Faible soutien de la part du partenaire ou de la famille.

Traitements et mesures de prévention

L’utilisation d’antidépresseurs a connu une forte augmentation au cours des dernières années, en partie en raison du marketing féroce des compagnies pharmaceutiques. La consommation a augmenté de plus de 60 % au cours des 15 dernières années, tandis que les taux de dépression et d’anxiété ne cessent d’augmenter. Il est intéressant de noter que même si les antidépresseurs peuvent aider à traiter la dépression et l’anxiété, il vaut mieux pour les femmes enceintes ou qui viennent d’accoucher de les éviter pour différentes raisons.

Premièrement, les antidépresseurs peuvent se retrouver dans le lait maternel et on ignore leurs effets à long terme sur la santé du nourrisson. Deuxièmement, les antidépresseurs ne traitent pas les facteurs psychologiques sous-jacents. Troisièmement, les antidépresseurs ont de nombreux effets secondaires et peuvent ne plus avoir aucun effet lorsque le corps s’y adapte. Les antidépresseurs présentent également les taux de rechute les plus élevés parmi toutes les options thérapeutiques. Dans des cas particuliers, les antidépresseurs sont utiles, mais il faut toujours les utiliser avec prudence.

Heureusement, des alternatives existent

Pour prévenir et traiter la dépression et l’anxiété postnatales, il convient de souligner qu’un solide réseau de soutien, de bonnes relations sociales et un mode de vie sain contribuent à réduire le risque et à améliorer la qualité de vie au quotidien.

D’un point de vue professionnel, la psychothérapie axée sur la recherche de solutions, comme la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) et la thérapie interpersonnelle, a des taux de réussite constamment plus élevés que les autres formes de thérapie, du fait qu’elle vise à développer un comportement efficace et à établir des schémas réflexifs.

Enfin, l’hypnothérapie clinique a été suffisamment étudiée dans le traitement de la dépression et de l’anxiété au cours de la dernière décennie. Une étude récente a conclu que l’hypnothérapie clinique basée sur la thérapie cognitivo-comportementale peut être jusqu’à 90% plus efficace que la psychothérapie traditionnelle. Une thérapie basée sur la concentration permet l’intégration de nouvelles idées et compétences dans les meilleures conditions, pour obtenir des résultats dans un délai plus rapide.

Être une maman n’est pas un travail facile. Et d’être heureuse, sans dépression et sans anxiété rend le chemin beaucoup plus facile et agréable. N’hésitez pas à nous appeler ou remplir le formulaire de contact si vous souhaitez obtenir l’aide et l’accompagnement d’un hypnothérapeute expérimenté et compétent !